Revue de presse

energy observer

Ce qu’Energy Observer va tester en Méditerranée… et ensuite

Applications Environnement

Energy Observer, le bateau laboratoire qui navigue à 100% aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, est parti le 28 mars de Marseille pour un tour de Méditerranée qui durera sept mois. L’occasion d’optimiser encore l’usage des technologies embarquées.

L’Energie Observer va surtout chercher à améliorer son rapport autonomie-vitesse. Car si le bateau n’a aucun souci d’autonomie lorsqu’il navigue à 3 ou 4 nœuds, il est pour l’instant handicapé dès lors qu’il veut aller vite. Et là c’est tout un équilibre à trouver, par exemple, sur l’usage des éoliennes, verticales, qui produisent de l’électricité mais peuvent freiner le bateau.

energy observer eolienne

Sur le même sujet : Les éoliennes d’Energy Observer fabriquées par les étudiants de l’Icam

Source : Usine Nouvelle


macrook

Première filière de recyclage de la fibre carbone en 2019

Entreprises Environnement

La société toulousaine Alpha Recyclage Composites a fait entrer à son capital deux partenaires pour l’aider à développer dès 2019 la première filière en France de valorisation de matériaux composites à base de fibres de carbone.

STS Groupe, spécialisé dans la fabrication de pièces en composites pour l’aéronautique, l’automobile ou encore l’énergie et la société tarnaise Freyssinet Aeroequipment, sous-traitant de Safran notamment pour des pièces mécaniques de précision et des sous-ensembles, ont investi au total 600.000 euros.

Cette enveloppe doit permettre à Alpha Recyclage Composites, créée en 2009 à Toulouse, d’industrialiser un procédé de recyclage de la fibre de carbone par vapothermolyse, (’action combinée de la chaleur et de la vapeur d’eau), développé avec l’Ecole des Mines de d’Albi-Carmaux (Tarn).

Crédit photo : Alpha Recyclage Composites

Source : Reuters


fast rtm plateforme technologique composites irt m2p pinette

Le procédé FastRTM fait ses preuves : production en 2 minutes de pièces composites complexes aux dimensions finies

Fabrication

L’institut Recherche Technologique – Matériaux, Métallurgie et Procèdes (IRT M2P) développe, en partenariat avec l’équipementier Pinette PEI et le fabriquant de résines Hexion, la plate-forme technologique FastRTM.

L’objectif  est de pouvoir alimenter en préformes « sèches » les procédés d’injection de type RTM avec les mêmes contraintes de cadence – 2 minutes de temps de cycle – et de coûts, que les procédés  par compression.

Le dispositif se compose d’une presse, d’outillages modulaires, d’un équipement d’injection haute-pression, de deux robots 6-axes, et de dispositifs de pilotage et de contrôle.

Une résine époxy à polymérisation rapide est injectée dans le moule contenant la préforme sèche, alors que le moule est  partiellement ouvert, ce qui produit une imprégnation partielle. Dans un deuxième temps, une presse referme le moule pour finaliser l’imprégnation.
Cette combinaison de procédés – appelée C-RTM (compression resin transfer molding) – permet de réduire le temps d’injection et de polymérisation (entre 15 secondes et une minute) et le temps de fabrication total à 2 minutes.

Le projet FastRTM a été récompensé d’un prix de l’innovation au JEC World 2017, et s’est terminé en décembre 2017 par une démonstration de la capacité de production en série du procédé :

  • fabrication de 100 pièces de grande dimension (environ 1 m²), à la géométrie complexe, à partir de fibres de verre, en deux minutes par pièce
  • fabrication aux cotes finies (pas besoin d’usiner ou d’ébavurer les pièces en sortie de moule), perçages inclus
  • caractéristiques mécaniques et santé matière maîtrisées (imprégnation uniforme, pas de distorsion de fibres ni de porosités)

Crédit photo : Pinette PEI

Source : Composites Manufacturing Magazine (en anglais)


Cartographie des acteurs cles de la R D composites thermoplastiques

Cartographie des acteurs clés des composites thermoplastiques en France

Entreprises Matériaux

Cette cartographie réalisée par l’alliance Carnot pour l’Industrie du futur a pour finalité d’identifier les compétences, les moyens et les ressources des centres de R&D en France autour des composites thermoplastiques, sur toute leur chaîne de valeur.

Selon les chiffres mis en avant par le groupe JEC, les thermoplastiques ne représentent encore que 40 % des volumes de composites sur le marché, mais leur croissance atteint 10 % par an, contre 3 % pour les thermodurcissables.

Source : Cetim